«

»

Nov 09

Ugg e shop

« Ça va, serein. Pas besoin de paniquer. Il faut rester tranquille dans ces cas-là », sourit un quadragénaire en débarquant d’un canoë, des chatons dans les bras. « La nature, c’est la nature. Quand elle reprend ses droits, on ne peut rien faire », enchaîne, fataliste, sa compagne Fabienne.Comme les autres habitants, ils rejoindront en bus un gymnase mis à disposition pour l’occasion. »Après, on ne sait pas quand on pourra rentrer », glisse Fabienne: « Mais nous, ça va, on habite au premier étage. Ceux qui sont à plaindre sont ceux qui habitent en rez-de-chaussée ou les commerçants. »Emmanuelle Fabre, qui tient un magasin de produits bio, a surélevé ce qu’elle pouvait et ramené à pied sur la terre ferme quelques produits avec l’aide de son père, pour les protéger des 40 centimètres d’eau qui ont envahi sa boutique. « On ne peut pas tout sauver.Ugg e shop J’ai pour 40.000 euros de stock. Et puis, il y a les murs, les présentoirs, on ne sait pas dans quel état ce sera », soupire-t-elle, pieds nus, sa paire de bottes à la main.

Alors que le pic était attendu dans la nuit, la situation restait précaire en fin de journée en centre-ville. L’électricité a été coupée. « Et il n’y a plus de réseau d’assainissement en ville et le réseau d’eau potable ne va peut-être pas tenir », s’inquiète Valérie Lacroute.Un voisin, en pleine opération d’évacuation de ses meubles, préfère prendre la chose avec philosophie, malgré l’eau qui lui arrive à mi-mollets: « Ça fait de l’animation,Ugg e shop il se passe jamais rien ici. Et les gens savent où c’est Nemours maintenant! »

La marche pour le climat prévue à la veille de l’ouverture de la COP21 avait été annulée à la suite de l’interdiction de manifester décrétée dans le cadre de l’état d’urgence imposé en France après les attentats.Un peu plus loin, à proximité du Bataclan,Ugg e shop où 90 personnes ont été tuées lors des attentats, plusieurs représentants de communautés des îles Pacifique et d’Amérique latine, vêtus de leurs habits traditionnels, ont organisé « une cérémonie d’apaisement » faites de chants, de danses guerrières et de poésie pour associer la mémoire des victimes à l’urgence climatique.