«

»

Août 10

Ugg avec fourrure

Les révisions sont la garantie de la durée de vie de la moto. Réalisées par le concessionnaire, elles constituent une garantie de vente plus facile par la suite, mais rien ne vous empêche d’en faire une partie par vous-même afin de faire diminuer la facture finale. En tout état de cause, une moto non utilisée s’use aussi et une immobilisation longue peut être très dommageable pour le moteur. Ugg avec fourrure Ceci explique les deux chiffres utilisés pour les intervalles de révisions : les kilomètres et le nombre de mois.Une révision à ne manquer sous aucun prétexte : la première, en début de rodage aux 1000 premiers kilomètres. Elle m’a coûté 40 euros. De plus, j’avais pris rendez-vous un matin à 9h; résultat, j’ai attendu une petite heure et je suis reparti avec, en pleine forme (la moto).

Après la première révision qui tourne en général autour de 45 euros, il faut compter 180 euros par révision jusqu’au 18.000 km. Ugg avec fourrure Aux 24.000 km, la révision est un peu plus importante (poussée jeux aux soupapes + gros réglage synchro carbu + kit chaine (pour les + soigneux!) et avoisine les 410/460 euros. Après on revient à des révisions qui tournent aux environs des 180 euros jusqu’à 42.000 km. En fait, la plus grosse révision a lieu aux 50.000 km : il faut tout vérifier : distribution, jeux aux soupapes, contrôles de la partie cycle (joints, roulements, etc…). Et là, l’addition va tourner à 750 euros Attention ! Les montants des révisions précités n’incluent pas les consommables de type pneus et plaquettes de freins qui viennent en sus.

Kofi Annan, ancien Secrétaire général de l’ONU et président d’honneur du prix, Ugg avec fourrure a annoncé hier soir au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris le nom du lauréat du prix Pictet. Il s’agit de la photographe Valérie Belin, récompensée pour sa série Still Life (voir aussi le diaporama à la fin de l’article). Ce prix prestigieux, doté par la banque Pictet de 100.000 francs suisses (92.500€), met à l’honneur depuis 2008 les réalisations de photographes de renommée internationale focalisées sur la notion de développement durable. Chaque année, une thématique est fixée, établissant le cadre des créations proposées. Après Water, Earth, Growth, Power et Consumption, la réflexion de cette édition a été placée sous le signe de « Disorder », soit désordre.